#4 Trésors Naturels — Le Yangu

par MyMira

Aujourd’hui: le Yangu. La série #TrésorsNaturels vous fait découvrir des plantes, des actifs ou des créations naturelles peu connues, voire oubliées parfois.

Partons pour une destination lointaine, souvent montrée en exemple pour ses paysages sauvages et son économie florissante sur le continent Africain: l’Afrique du Sud. Au préalable étudiée au Cap avant d’être cultivée pour ses fleurs, Calodendrum capense, ou châtaignier du cap, est un arbre très apprécié pour ses fleurs légères. Courrons le long des hautes terres du Kenya où on peut trouver des spécimens de 20 mètres de hauteur, descendons peu à peu vers les montagnes nord de la Tanzanie, puis vers les deux rives du lac Malawi avant de revenir vers l’Afrique du Sud.

Vous trouverez sur ce parcours les fleurs blanches-rosées qui en font depuis longtemps un des arbres préférés des jardiniers de tous bords.

C’est William John Burchell, un naturaliste anglais qui le fait entrer dans nos registres scientifiques au début du XIXème siècle lors de ses études, en lui trouvant des similitudes avec les marronniers d’Europe en l’appelant donc le “Châtaignier du Cap”, même si la comparaison s’arrête au visuel.

Tous les étés, la floraison de ce “châtaignier” laisse les populations locales se réjouir des fleurs roses et des fruits oléagineux de cet arbre. Pressés à froid, les fruits libèrent une huile d’une belle couleur dorée et dont les notes rappellent la noisette bien que plus subtiles.

Particulièrement recommandée pour les cheveux secs et de type afro

Ses vertus anti-oxydantes et anti-UV, sa teneur en acides gras essentiels (ne pouvant être produits par le corps seul) en font un allié cosmétique précieux, et certaines populations comme la tribu Kikiyu, vivant au pied du Mont Kenya, l’utilise toujours pour ses vertus anti-âge. Particulièrement recommandée pour les cheveux très secs et de type afro, elle ressemble en ce sens à l’huile de Kukui dont nous avions parlé lors d’un précédent #TrésorsNaturels. Elle fait en effet partie de la famille des huiles sèches, c’est à dire qu’elle pénètre facilement dans les pores de la peau, et ne laisse qu’un très léger film lipidique après utilisation.

C’est, en somme, l’un des petits trésors qui ne se sont jamais démocratisés en Europe malgré ses effets incroyables et ses richesses dans le soin de la peau et des cheveux, n’hésitez pas à essayer :)


Une idée ? Une envie ? Une nouvelle plante dont vous voudriez que nous parlons ? Ecrivez-nous à contact@mymira.fr !


#8 Trésors Naturels — Le Jojoba

#7 Trésors Naturels — Le Calophylle

 

Newsletter